Douleur – Antalgiques opioïdes : état des lieux de la consommation en...

Douleur – Antalgiques opioïdes : état des lieux de la consommation en France

Vous devez avoir un compte validé sur le site de la revue Neurologies. .


Abonnez-vous à la revue !
Accès complet aux sites Internet santé : Archives des revues, lecture en ligne, contenus réservés


Inscrivez-vous gratuitement
Accès restreint aux sites Internet santé sans un abonnement à une revue !

La prévention des risques liés aux antalgiques opioïdes est une préoccupation majeure des autorités de santé. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et des produits de santé publie un rapport sur la consommation des antalgiques opioïdes en France, s’inscrivant ainsi dans une démarche de surveillance globale de l’utilisation des médicaments utilisés dans la prise en charge de la douleur.

En 10 ans, la consommation des antalgiques opioïdes a augmenté ; cela s’inscrit dans la politique d’amélioration de la prise en charge de la douleur de part, notamment, des plans ministériels de lutte contre la douleur ayant été mis en place depuis 1998.

En parallèle, l’ANSM observe une augmentation du mésusage, ainsi que des intoxications et des décès liés à l’utilisation des antalgiques opioïdes, qu’ils soient faibles (tramadol, codéine, poudre d’opium) ou forts (morphine, oxycodone, fentanyl). Cependant, la situation n’est pas comparable avec celle observée aux États-Unis et au Canada.

L’enjeu pour les autorités sanitaires françaises consiste à sécuriser au mieux l’utilisation des antalgiques opioïdes sans restreindre leur accès aux patients qui en ont besoin. En France, l’ANSM mène régulièrement des actions visant à contrôler l’encadrement de ces médicaments en termes de conditions de prescription et de délivrance, d’interdiction de publicité auprès du grand public, d’informations à destination des professionnels de santé. Elle surveille attentivement la consommation des antalgiques opioïdes et des risques associés. Les principaux enseignements du rapport : • D’après les données de l’Assurance maladie, près de 10 millions de Français ont eu une prescription d’antalgiques opioïdes en 2015. En 2017, l’antalgique opioïde le plus consommé en France est le tramadol, puis la codéine en association et la poudre d’opium associée au paracétamol. Viennent ensuite la morphine, premier antalgique opioïde fort, l’oxycodone, à présent pratiquement autant consommé que la morphine, puis le fentanyl transdermique et transmuqueux à action rapide. • Entre 2006 et 2017, la prescription d’opioïdes forts a augmenté d’environ 150 % (patients ayant eu au moins une prescription dans l’année). L’oxycodone est l’antalgique opioïde qui marque l’augmentation la plus importante. • La consommation globale des opioïdes faibles est restée relativement stable. Le retrait du dextropropoxyphène en 2011 a été accompagné de l’augmentation de la consommation des autres opioïdes faibles et en particulier du tramadol. Il devient l’antalgique opioïde le plus consommé (forts et faibles confondus) avec une augmentation de plus de 68 % entre 2006 et 2017. • Les opioïdes ont un intérêt majeur et incontestable dans la prise en charge de la douleur et restent moins consommés que les antalgiques non-opioïdes (paracétamol, aspirine, AINS). Cependant, la consommation des antalgiques opioïdes peut s’accompagner de complications graves. Cette problématique touche principalement des patients qui consomment un antalgique opioïde pour soulager une douleur, et qui développent une dépendance primaire à leur traitement, et parfois le détournent de son indication initiale. Ainsi, le nombre d’hospitalisations liées à la consommation d’antalgiques opioïdes obtenus sur prescription médicale a augmenté de 167 % entre 2000 et 2017 passant de 15 à 40 hospitalisations pour un million d’habitants. Le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de 146 %, entre 2000 et 2015, avec au moins 4 décès par semaine.

D’après le point d’information de l’ANSM du 20/02/2019

NO COMMENTS

Leave a Reply