EAN 2020 – Comment la pression intra-crânienne est-elle régulée ? Les bases moléculaires de la production du LCR et le système glymphatique

Les mécanismes cellulaires, moléculaires et physiologiques exacts contribuant à une modification de la circulation normale du liquide céphalo-rachidien (LCR) dans de nombreuses maladies neurologiques sont mal définis ou très controversés.

Les bases moléculaires de la production du LCR

Hoffmann JR. The molecular basis of CSF-production. FW 15 : How is intracranial pressure regulated? EAN 2020 : lundi 25 mai.

Dans le cadre de la session Comment la pression intracrânienne est-elle régulée ?, Le Pr Jan R. Hoffmann de l’Institut de psychiatrie, psychologie et neurosciences, au King’s College à Londres, nous a présenté les bases moléculaires de la production du LCR [1].

Équilibre

L’équilibre entre la sécrétion, la composition, le volume et le renouvellement du LCR est strictement réglementé. Cependant, lors de certaines maladies neurologiques, cet équilibre peut être perturbé, entraînant une circulation anormale du LCR, avec comme conséquence une augmentation de la pression intracrânienne (PIC). Ce phénomène est retrouvé dans l’hydrocéphalie, l’hypertension intracrânienne idiopathique (HIC), les traumatismes cérébraux ou encore les tumeurs cérébrales.

Hydrodynamique du LCR

Les concepts traditionnels de la sécrétion, de l’écoulement et du drainage du LCR ont été remis en question, car des découvertes récentes ont suggéré que les mécanismes de dynamique des fluides cérébraux étaient plus complexes que ceux proposés auparavant. Il ne fait aucun doute que la sécrétion, l’absorption et le drainage du LCR sont des aspects importants de l’homéostasie des fluides cérébraux pour maintenir une PIC stable [2]. En passant par la description de l’hypothèse de l’anatomie de la circulation du LCR émise par Dandy en 1970 [3], le Pr Jan R. Hoffmann a cité un modèle alternatif de l’hydro-dynamique du LCR, soutenant que la production de LCR peut se produire partout dans le SNC et partiellement à partir des plexus choroïdes [4, 5]. Non seulement les concepts sur la sécrétion du LCR ont changé, mais également la vision conventionnelle du drainage du LCR : le transport dans le sinus sagittal supérieur par des projections arachnoïdiennes est contesté par des preuves qui soutiennent l’implication du système lymphatique extracrânien [6].

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles