Les patients adultes cérébrolésés : comment prendre en compte leur histoire personnelle et familiale ?

La pratique clinique quotidienne confronte souvent les soignants à la question des éléments de vie antérieure à la lésion cérébrale acquise tant pour le patient adulte que pour ses proches. Comment les prendre en compte ? Quelle place leur donner ? Dans cet article, nous proposons de faire le point sur les différents travaux existant sur cette question.

La prise en compte de la personnalité antérieure du patient adulte avec une lésion cérébrale acquise (LCA) (nous traiterons dans cet article des traumatismes crâniens et des accidents vasculaires cérébraux) a fait l’objet de multiples approches. Mais si de nombreux travaux existent sur les réactions, sur la souffrance et les troubles psychiques des proches confrontés à la lésion cérébrale d’un des membres de la famille ou sur les répercussions d’une lésion cérébrale sur la dynamique familiale, il n’existe pas à notre connaissance d’études prenant en compte la dynamique familiale antérieure à la survenue de la lésion cérébrale ou la personnalité antérieure des proches confrontés à un membre de leur famille avec une LCA. La plupart des études existantes décrivent la personnalité ou les comportements antérieurs du patient cérébrolésé, ses antécédents psychiatriques, sa structure psychique, ses caractéristiques psycho-sociales et le rôle de ces facteurs sur la genèse ou le pronostic d’un traumatisme crânien ou d’un AVC et sur les troubles du comportement postérieurs. Certaines s’intéressent aux effets de lésions cérébrales, souvent méconnues, sur la personnalité et les comportements ultérieurs de certains sujets. D’autres s’intéressent à l’impact d’un événement de vie sur l’émergence de pathologies psychiatriques associées aux conséquences de la lésion cérébrale. Une seule étude se penche sur les caractéristiques d’histoires familiales complexes et sur la perception qu’ont à la fois les patients et les proches des interactions entre ces histoires et leurs façons d’être face à la LCA [1]. Nous la décrirons de façon plus détaillée dans la suite de l’article.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles