Signes non moteurs du parkinsonien âgé : Comment les repérer et les prendre en charge ?

Résumé
L’objectif principal de ce travail est d’aborder des aspects souvent méconnus de la maladie de Parkinson (MP) et sous-estimés dans leur retentissement. En effet, la MP est souvent considérée comme une maladie purement ou très majoritairement motrice alors qu’il existe de nombreuses manifestations non motrices. Elles sont fréquentes et souvent gênantes pour les patients. Nous tenterons donc de répondre à un certain nombre de questions : existe-t-il des signes non moteurs (SNM) prodromaux de la MP ? Quelle est la fréquence des SNM et quel est leur retentissement ? Quelle prise en charge proposée aux SNM ? Il sera impossible d’être exhaustif et nous traiterons principalement des SNM les plus gênants et touchant les MP de début tardif.

Abstract : Non-motor symptoms of elderly Parkinson
Beyond the motor signs of Parkinson’s disease (PD), it is important to stress the place of non-motor symptoms (NMS) in PD. Indeed they are very frequent. Some of them are even observed before the appearance of the motor signs and appeared during the prodromal phase of PD. This can be the case for constipation, anosmia or rapid-eye-movement (REM) sleep behaviour disorders. Once PD has been diagnosed, the NMS tend to be overlooked. However, these NMS negatively influence the quality of life, as previously demonstrated in clinical studies. It is important to identify the NMS as a part of PD and to propose appropriate treatment or care. To better apprehend the extent of NMS, it is possible to use several existing scales. One such scale is the Non-Motor Symptoms assessment Scale (NMSS) developed by the International Parkinson’s Disease Non-Motor Group. The most troublesome and frequent NMS in case of late –onset PD are hallucinations, depression, cognitive impairment (that may exacerbate to dementia), sleep disorders, orthostatic hypotension, constipation and swallowing disorders. We will detail in this paper all these NMS and also the possibilities of treatment and care.

Les SNM prodromaux de la MP

Ce sujet a fait l’objet d’une méta-analyse récente [1]. Celle-ci met en évidence une augmentation du risque de développer une MP chez les patients développant une constipation plusieurs années avant le diagnostic avec un OR de 2,1 à 2,7 en fonction des études. Il en est de même pour les troubles de l’humeur, documentés dans 13 études retenues pour cette méta-analyse avec un OR toutefois plus faible allant de 1,79 à 1,9. Même si le travail de méta-analyse ne les a pas inclus du fait d’un nombre d’études encore insuffisant, d’autres signes semblent très liés au risque de voir survenir une MP secondairement dans des études de bonne qualité méthodologique. Il s’agit de la survenue d’une hyposmie (a fortiori une anosmie), d’une somnolence diurne, de troubles du comportement en sommeil paradoxal ou encore d’une dysfonction érectile. Dans un autre travail de cohorte cas-témoins mené en soins primaires avec un suivi sur 10 ans, parmi les SNM prodromaux, on met en évidence la place de la dépression et de l’anxiété avec une différence en termes d’incidence par rapport aux témoins dans les 4 à 5 ans avant le diagnostic. La constipation montre une augmentation d’incidence beaucoup plus précoce, dans les 6 à 7 ans avant le diagnostic. La sensation de fatigue se montre quant à elle plus fréquente dans les 5 à 6 ans [2].

Définition et épidémiologie des SNM de la MP

Différentes échelles d’évaluation des SNM ont été proposées permettant ainsi de limiter le “périmètre” des SNM. C’est le cas de la Non-Motor Symptoms Assessment Scale (NMSS), développée par l’International Parkinson’s Disease Non-Motor Group, avec une cotation en termes de fréquence et de sévérité en hétéro-évaluation. Cette échelle répertorie ainsi neuf domaines :
1) troubles cardiovasculaires (centrés sur les problèmes d’hypotension orthostatique) ;
2) sommeil et fatigue (somnolence diurne excessive et attaque de sommeil, perte d’énergie, fatigue retentissant sur les activités…) ;
3) humeur et cognition (perte d’intérêt de motivation, anxiété, “hauts et bas” anormaux…) ;
4) troubles perceptifs et hallucinations ;
5) attention et mémoire ;
6) troubles gastro-intestinaux (hypersalivation, constipation…) ;
7) signes urinaires (urgenturie, pollakiurie, nycturie) ;
8) activité sexuelle ;
9) divers (douleurs “inexpliquées”, troubles de l’odorat ou du goût…).
La prévalence des SNM varie en fonction des études, mais pourrait atteindre 98 % [3]. Pour beaucoup d’entre eux, il existe une corrélation avec la durée d’évolution, et dans une étude d’Evatt et al. [4], au stade compliqué de la MP, surviendraient, dans plus de 70 % des cas, les perturbations du sommeil (78 %), les troubles psychiatriques (73 %), les troubles gastro-intestinaux (72 %), les troubles urinaires (71 %), suivis de près par les douleurs (68 %) et la fatigue (66 %). Le retentissement sur la qualité de vie est certainement sous-estimé. Dans l’étude de Kim et al. [3], cela apparaît comme important, et dans une analyse factorielle, un des facteurs regroupe les hallucinations, les troubles gastro-intestinaux et cardiovasculaires. Ces anomalies sont plus fréquentes chez les patients plus âgés, et ce de manière indépendante de la durée d’évolution de la maladie. Le retentissement sur la qualité de vie dans cet ensemble de SNM est très important. C’est donc ces troubles pour lesquels nous envisagerons surtout la prise en charge.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles