L'expertise scientifique

rencneuro

La cavité orale, oubliée de la prise en charge du patient parkinsonien ? Santé bucco-dentaire et maladie de Parkinson

De nombreux troubles oro-faciaux sont recensés chez le patient parkinsonien. Du fait de leur retentissement fonctionnel, ils doivent être recherchés et pris en charge au travers d’une collaboration étroite entre équipes de neurologie et d’odontologie et ce, dès le stade précoce.

Qu’ils soient présents dès le stade précoce ou qu’ils apparaissent au stade avancé de la maladie, de nombreux troubles oro-faciaux sont recensés chez le patient parkinsonien [1]. Loin d’être anodins, ils figurent pour certains parmi les symptômes rapportés comme étant les plus gênants par les patients eux-mêmes (hyposmie, agueusie, écoulement involontaire de salive, dysphagie) [2]. Pathologies chroniques d’évolution péjorative, aux composantes inflammatoires et infectieuses, la maladie de Parkinson (MP) et la maladie parodontale partagent bien des caractéristiques et semblent entretenir une relation bidirectionnelle (Fig. 1). Bien que la santé bucco-dentaire des patients parkinsoniens demeure à ce jour relativement peu documentée, les études internationales mettent en évidence une situation clinique préoccupante. Celle-ci découle à la fois de la symptomatologie parkinsonienne et des difficultés subséquentes à maintenir des soins bucco-dentaires quotidiens et spécialisés de qualité.

Figure 1 – Maladie parodontale et maladie de Parkinson : une relation bidirectionnelle.

Santé bucco-dentaire et MP [1]

Par ses composantes physiques, psychologiques et iatrogènes, la maladie de Parkinson (MP) affecte la cavité orale de façon directe et indirecte. La sévérité comme la durée de la MP sont ainsi associées à une sévérité accrue des atteintes oro-faciales et dentaires. Les troubles moteurs et cognitifs compromettent les activités quotidiennes, réduisant la qualité et la quantité des soins bucco-dentaires (y compris des prothèses). Caries, maladie parodontale, dents mobiles ou manquantes sont ainsi plus fréquentes chez les patients, qui rapportent par ailleurs inconfort (douleurs, sécheresse buccale, problèmes liés aux prothèses), difficultés de mastication et de déglutition, et une réduction de la qualité de vie en lien avec la santé bucco-dentaire. En outre, les troubles de la marche, l’instabilité posturale et l’hypotension orthostatique augmentent le risque de chutes – qui peuvent entraîner à leur tour des traumatismes maxillo-faciaux et dentaires. Ces atteintes, dont les retentissements fonctionnels peuvent être majeurs [1] (douleurs, difficultés alimentaires), doivent être recherchées par les équipes de neurologie et prises en charge précocement. Composante essentielle de la santé générale, la santé bucco-dentaire est en effet un facteur déterminant de qualité de vie [3].

Quelle place pour le neurologue dans la prise en charge bucco-dentaire ? [1, 4]

Les dentistes jouent un rôle essentiel dans la prise en charge bucco-dentaire des patients et doivent être sollicités dès le diagnostic, et aussi souvent que nécessaire. En tant qu’experts de la MP, les neurologues et les infirmiers spécialisés jouent un rôle majeur dans l’initiation et la coordination de soins adaptés, continus et individualisés [5]. Par la sensibilisation aux spécificités de la MP, ils accompagnent le patient et l’équipe d’odontologie (Tab. 1). Idéalement, il est conseillé une consultation dentaire tous les 4 à 6 mois, afin de prévenir et corriger toute anomalie. 

Manon Auffret déclare avoir avoir les liens d’intérêt suivants : soutien à la recherche : Université de Rennes 1, France Parkinson, Institut des neurosciences cliniques de Rennes (INCR), France développement électronique (FDE), Aguettant, Linde Homecare, LVL, Homeperf ; Congrès, symposiums, séminaires (frais d’inscription et/ou de déplacement) : Homeperf, Britannia Pharmaceuticals Ltd, Medizin Akademie Organisationsteam, Aguettant, Asdia ; Articles, conférences, vidéos : Procter & Gamble, Britannia Pharmaceuticals Ltd, Medizin Akademie Organisationsteam, Asdia ; Advisory Board: Britannia Pharmaceuticals Ltd.