Résumé

Le syndrome de Parinaud se manifeste dans sa forme typique par une paralysie dissociée des mouvements oculaires verticaux : paralysie des saccades verticales, mais respect du réflexe vestibulo-oculaire vertical. Il s’agit d’une atteinte supranucléaire affectant le noyau rostral interstitiel du faisceau longitudinal médian (riFLM), situé au-dessus du noyau du III. Dans les atteintes partielles, le riFLM n’est pas totalement lésé et les saccades verticales ne sont pas abolies, mais simplement ralenties. Ce syndrome, relativement aisé à mettre en évidence par le seul examen clinique, possède un fort pouvoir de localisation et peut être, dans ses formes partielles, un élément déterminant du diagnostic de certaines pathologies neurodégénératives.

Abstract: Parinaud’s syndrome

Parinaud’s syndrome is, in its typical form, a complete and selective palsy of vertical saccades with sparing of the vertical vestibulo-ocular reflex. It is a supranuclear lesion that affects the rostral interstitial nucleus of the medial longitudinal fasciculus (riMLF), a small premotor structure located immediately above the oculomotor nucleus. In incomplete lesions, the riMLF is partially affected and vertical saccades are still possible but slowed. This syndrome is easily diagnosed clinically, has a high localizing value, and may be a critical clue for the diagnosis of some neurodegenerative disorders.

Définition

Ce syndrome oculomoteur a été décrit en 1883 par l’ophtalmologiste français Henri Parinaud. Dans sa forme initiale, il s’agissait d’une paralysie dissociée des mouvements oculaires verticaux, avec abolition des saccades verticales, mais préservation du réflexe vestibulo-oculaire vertical [1].
Nous adopterons ici une définition plus large, englobant toutes les atteintes sélectives, mais plus ou moins sévères, de la vitesse des saccades verticales d’origine supranucléaire. L’intérêt qu’il y a à connaître ce symptôme est triple pour le neurologue clinicien : il est facile à mettre en évidence, possède une forte valeur localisatrice, et est fréquemment rencontré en neurologie. Dans ses formes partielles, sa mise en évidence peut être un élément clé du diagnostic de certaines pathologies neurodégénératives.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles