Recommandations SFSEP : SEP et vaccinations

Interview de Christine Lebrun-Frénay (CRC SEP-CHU de Nice) par Mikael Cohen.

Mikael Cohen : La SFSEP a choisi la thématique des vaccins pour établir ses premières recommandations. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Christine Lebrun-Frenay : C’est la première thématique de recommandations sur laquelle la SFSEP a travaillé en faisant appel à plus de 100 professionnels de santé spécialisés ou pas dans la sclérose en plaques et en utilisant une méthodologie RAND. Il existe encore certaines croyances concernant le rôle des vaccins dans le déclenchement de la maladie ou de ses poussées. Il y a toujours une certaine réticence de la part du public et des professionnels de santé vis-à-vis des vaccins, surtout dans les familles touchées par des maladies démyélinisantes. La couverture vaccinale des Français reste très moyenne et il est fréquent de constater dans nos consultations que les personnes atteintes de sclérose en plaques et leur entourage ne sont absolument pas à jour de leur calendrier vaccinal. La disponibilité de nombreuses molécules immuno-actives dans le traitement de fond de la maladie implique une prise de conscience des patients et de leur médecin sur la nécessité d’être à jour des vaccinations obligatoires ou recommandées selon la drogue utilisée. Plus cette mise à jour est différée et plus il existe un risque d’immunosuppression entraînant une sensibilité à certaines infections ou de diminuer l’efficacité des vaccins qui seraient effectués trop tardivement.

MC : Quels sont les grands messages que l’on peut retenir de ces recommandations ?

CLF : Les messages importants à retenir sont essentiellement que les vaccins en général, y compris les vaccins contre l’hépatite B et le papillomavirus, ne sont pas associés à une augmentation du risque de survenue d’un premier événement démyélinisant du système nerveux central. Les vaccins en général ne sont pas non plus associés à une augmentation du risque de poussée et n’ont pas d’influence sur l’accumulation du handicap. En revanche, il n’existe pas assez de données pour inclure l’innocuité du vaccin contre la fièvre jaune dans cette recommandation. L’efficacité des vaccins inactivés n’est pas modifiée chez les patients ayant une sclérose en plaques avec ou sans traitement immunomodulateur. Il n’existe pas de données concernant les vaccins vivants atténués, pour lesquels le principe de précaution est encore appliqué.
Les immunomodulateurs, c’est-à-dire les traitements injectables, ne modifient pas en général la couverture vaccinale. Tous les autres traitements par voie orale ou administrés en perfusion sont considérés, soit par un effet de classe soit par la lymphopénie qu’ils entraînent, des immunosuppresseurs et vont nécessiter la mise à jour des vaccinations de préférence avant le début du traitement, car l’immunisation risque d’être moins efficace si la vaccination a lieu alors que le patient est déjà sous immunosuppresseurs.

MC : Finalement, ne faut-il pas conseiller de vérifier le statut vaccinal des patients dès le diagnostic pour anticiper la mise en route éventuelle d’un traitement immunosuppresseur à moyen ou long terme ?

L’efficacité des vaccins inactivés n’est pas modifiée chez les patients ayant une sclérose en plaques avec ou sans traitement immunomodulateur. Il n’existe pas de données concernant les vaccins vivants atténués, pour lesquels le principe de précaution est encore appliqué.

CLF : Tout à fait et c’est l’une des recommandations de la SFSEP : dès le diagnostic de certitude de sclérose en plaques, la question des vaccins doit être abordée avec le patient.
Il est important au moment du projet thérapeutique de vérifier d’emblée que le calendrier vaccinal individuel et également de l’entourage est bien à jour.

Si cela n’est pas le cas et que l’activité de la maladie le permet, il est préférable de faire les rappels de vaccins obligatoires avant de débuter le traitement. Si la maladie est trop agressive et justifie la mise en place du traitement en urgence, on effectuera cette mise à jour dans les délais qui dépendent de la molécule utilisée.

Pour tous les immunosuppresseurs, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée. Le Haut conseil de santé publique a établi qu’il fallait dans ce cas suivre le calendrier vaccinal réservé aux patients immunodéprimés. Il est important de rappeler que les vaccins vivants atténués sont alors formellement contre-indiqués.

MC : Est-ce que l’on peut dire un dernier mot à propos de la vaccination contre l’hépatite B qui fait toujours l’objet de discussions avec les patients. Est-ce que les recommandations vont mettre un terme à ce débat ?

CLF : En France, la controverse du lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques a été particulièrement forte et médiatisée dans les années 1990. Plusieurs auditions organisées par les autorités de santé françaises ont conclu à l’absence d’évidence d’une association entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques ou les autres événements démyélinisants du système nerveux central. L’analyse de la littérature la plus récente et les recommandations actuelles de la SFSEP confirment que la vaccination contre l’hépatite B n’est pas contre-indiquée chez les patients ayant une sclérose en plaques ou leurs apparentés. Il est même obligatoire de vérifier le statut HBV des patients avant d’envisager certains traitements comme les perfusions d’anti-CD20.

MC : Peux-tu nous rappeler les différents supports de communication que la SFSEP a mis à disposition des professionnels pour retrouver ces recommandations ?

CLF : La SFSEP a mis en ligne sur son site Internet SFSEP.org l’ensemble de l’argumentaire et de la bibliographie qui a servi pour établir ces recommandations. Des affiches et des documents d’information pour les patients et leur famille sur toutes les questions qu’ils peuvent se poser à propos des vaccins sont également téléchargeables sur le site.
Pour les professionnels de santé qui seraient intéressés, nous mettons à disposition des diaporamas de formation.
Enfin, une application avec un assistant guidant le professionnel de santé au cas par cas sur la mise à jour des vaccins à effectuer en fonction du traitement envisagé est disponible sur l’App Store en téléchargement gratuit (application SFSEP, disponible uniquement sur l’App Store iOS pour le moment).