Essai clinique illégal mené par le « Fonds Josefa »

L’ANSM interdit immédiatement un essai clinique conduit illégalement par le « Fonds Josefa » chez des patients atteints des maladies de Parkinson, d’Alzheimer et d’autres pathologies neurologiques.
Les personnes qui auraient participé à cette expérimentation sont invitées à ne plus utiliser les produits testés (patchs cutanés de Valentonine et 6-méthoxy-harmalan) et à consulter rapidement leur médecin traitant pour réaliser un bilan de santé et s’assurer que leur pathologie est traitée de façon adéquate.
D’après les informations recueillies par l’ANSM lors d’une inspection, au moins 350 personnes ont été recrutées par le «Fonds Josefa » pour participer à une expérimentation visant à tester des dérivés de la mélatonine (valentonine et 6-méthoxy-harmalan), présentés sous forme de patchs cutanés, dans le traitement de plusieurs maladies neurologiques (Parkinson, Alzheimer, troubles du sommeil, notamment). Des prises de sang étaient réalisées sur les participants, notamment au sein d’une abbaye près de Poitiers.
Cette expérimentation a été conduite sans autorisation de l’ANSM, avec des substances dont la qualité, les effets et la tolérance ne sont pas connus. Un risque pour la santé des participants ne peut être exclu.
L’ANSM demande au Professeur Jean-Bernard Fourtillan, président de « Fonds Josefa » de cesser immédiatement cet essai et d’informer sans délai chaque participant de cette interdiction. L’ANSM a également saisi la justice sur ces pratiques illégales.

CV d’après un point d’information de l’ANSM du 19 septembre 2019.