L'expertise scientifique

À retenir

> « Time is Brain » : le diagnostic précoce et le traitement précoce si nécessaire ont pour but de préserver au maximum les connexions interneuronales afin d’éviter ou de ralentir l’évolution vers le handicap.

> Le moment optimal pour commencer les DMT afin de prévenir l’accumulation d’invalidité à long terme serait dans les 6 mois suivant la première manifestation de la maladie.

> L’âge de début de la maladie, la présence à baseline d’un plus grand nombre de lésions corticales et de la substance blanche, les changements précoces avec amincissement cortical global et ≥ 3 poussées cliniques, augmentent indépendamment la probabilité d’évoluer vers la forme secondaire progressive.

> Le fait de doser les chaînes légères de neurofilaments (sNfL) et de répéter ce dosage sous traitement semble pertinent pour la stratification de la gravité de la maladie et la surveillance du traitement chez les patients atteints de SEP-RR.

> La persistance de l’activité inflammatoire clinique et radiologique en phase SEP-SP pourrait justifier le maintien ou l’introduction du DMT afin de ralentir la progression du handicap.

« Time is Brain ! ». Cette phrase largement connue et encore répétée par tous les neurologues vasculaires pourra être empruntée par tous les neurologues s’occupant de patients ayant une sclérose en plaques.
« MS is a bad disease » comme le dit G. Giovannonni ; elle augmente la mortalité, le handicap, est à l’origine de perte d’emploi, de divorce, d’atteinte cognitive et d’isolement social.

Au cours des 25 dernières années, le traitement et la gestion de la sclérose en plaques ont changé l’histoire naturelle de la maladie. Qui aurait pensé il y a 30 ans, que nous parlerions de NEDA ou d’organe cible à préserver ?
Les objectifs ont changé de façon radicale ces 10 dernières années, avec pour but actuel de préserver au maximum les connexions interneuronales pour éviter ou ralentir l’évolution vers le handicap. Actuellement 11 classes de DMT (disease-modifying therapies) existent, mais des interrogations demeurent.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles