Une carence bien cachée : démarche diagnostique devant une neuronopathie sensitive

M. C., 42 ans, agent immobilier, a comme seul antécédent une hypothyroïdie sur thyroïdite de Hashimoto traitée par L-thyroxine. Il se présente en consultation pour un trouble de la marche évoluant depuis 3 mois dans un contexte d’asthénie sans perte de poids. Il signale également des difficultés à taper à l’ordinateur lorsqu’il ne regarde pas ses mains depuis environ 6 mois. L’examen clinique retrouve une ataxie proprioceptive aux 4 membres associée à une anesthésie des membres inférieurs et une hypoesthésie des membres supérieurs. Les réflexes sont abolis aux membres inférieurs. Il n’y a pas de trouble sphinctérien ni de syndrome pyramidal. Un EMG et une IRM médullaire sont réalisés (Fig. 1 et 2).

Figure 1 – IRM médullaire coupe sagittale : séquence T2.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles