Champ visuel : les pièges de l’exploration – Deux points essentiels pour les neurologues

Cas clinique

Une patiente de 55 ans présente une baisse visuelle gauche indolore au décours d’un traumatisme. L’IRM est normale et le diagnostic de neuropathie optique post-traumatique est posé.
Les deux champs visuels sont ceux de l’œil gauche le 14 octobre 2002, puis le 28 janvier 2003, alors que la patiente a l’impression de moins bien voir. Pourtant, la déviation moyenne (MD) est passée de -7,44 à -6,89, ce qui traduirait plutôt une amélioration (Fig. 1).
Une nouvelle IRM est réalisée, montrant un méningiome qui en fait était déjà visible sur la première IRM, et a grossi.
Le champ visuel s’est donc en réalité dégradé, mais cette dégradation a été masquée par la pseudo-amélioration due à l’effet d’apprentissage.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles