Les médecines complémentaires et alternatives constituent une approche de plus en plus prisée par les patients et sont de plus en plus reconnues par les neurologues. Ce dossier, non exhaustif, propose un aperçu de ces méthodes. La première partie est consacrée aux mind body therapies ou “pratiques psychocorporelles”. Fondées sur la notion de lien entre le corps et l’esprit, elles regroupent des approches comme l’hypnose, la sophrologie, la méditation pleine présence, certaines formes de yoga, le Qi Gong, le Tai Chi, le biofeedback, les thérapies cognitivo­comportementales et la musicothérapie. Elles ont un effet bénéfique sur les symptômes neurologiques et sur leurs conséquences. Les deux autres parties s’intéressent aux patients atteints de la maladie de Parkinson. La pratique précoce et régulière d’une activité physique améliore les performances motrices, cognitives et la qualité de vie de ces patients. Ainsi, le Tai Chi Chuan a toute sa place dans la prise en charge globale des Parkinsoniens. Tout comme la sophrologie, à la croisée de l’hypnose et du yoga, qui permet de mobiliser ses ressources et de mobiliser son corps de façon consciente.

 

Les Mind-body therapies : quelles sont-elles et à quelles pathologies neurologiques s’adressent-elles ?

Par Constance Flamand-Roze

Résumé
Face aux difficultés rencontrées par les patients atteints de maladies neurologiques, les médecines complémentaires et alternatives (CAM) constituent une approche qui intéresse de plus en plus les patients et les neurologues. Parmi elles, les pratiques psychocorporelles peuvent être d’une aide importante qu’il s’agisse directement des symptômes neurologiques ou de leurs conséquences moins directes (déficit de l’image de soi, douleurs, fatigue, états dépressifs, insomnies…). Ces thérapies font, depuis une dizaine d’années, partie du parcours de soins de nos patients, qui se tournent vers ce type de prise en charge pour différentes raisons, telles qu’une congruence philosophique, le désir de contrôler sa maladie ou une insatisfaction des médecines conventionnelles. Afin d’orienter les patients vers les thérapies complémentaires adaptées à leurs goûts et à leur pathologie, il est important de comprendre en quoi elles consistent et de savoir dans quels domaines l’efficacité de ces approches a été démontrée.

Abstract
Mind-body therapies: What are they and what neurological pathologies are they targeting?
Patients with neurological disorders and neurologists have an increasing interest in complementary and alternative medicine (CAM). Among them, Mind-body therapies can be useful to provide an add-on treatment of the neurological manifestations or their consequence such as lack of self-esteem, pain, fatigue, anxiety, depression, or sleep disturbances. For the last ten years, these therapies have been part of the healthcare circuit of our patients, who are turning to this type of care for various reasons, such as a philosophical congruence, a desire to take control over their over their disease, or dissatisfaction with conventional medicines. In order to orient patients towards therapies adapted to their tastes and their disease, it is important to become familiar with these approaches and to know the conditions, in which their effectiveness has been demonstrated.

Introduction

Les pratiques psychocorporelles sont de plus en plus reconnues dans l’accompagnement des patients présentant une maladie neurologique. Il est donc important de mieux les connaître et de savoir à qui elles s’adressent.

Il existe différentes façons de classer les médecines complémentaires et alternatives (CAM). Pour le centre national de médecine complémentaire et alternative (NCCAM), il y aurait cinq domaines :
1) les systèmes médicaux alternatifs ou systèmes complets de thérapie et de pratique,
2) les interventions corps-esprit ou techniques conçues pour faciliter l’effet de l’esprit sur les fonctions et les symptômes corporels,
3) les systèmes biologiques, y compris l’herboristerie,
4) les méthodes manipulatrices et corporelles, telles que la chiropratique et la thérapie de massage,
5) les thérapies énergétiques [1].
Nous avons choisi de les répertorier en deux principales approches : l’une d’elle est fondée sur l’utilisation des produits naturels (la phytothérapie, les herbes aromatiques, les compléments alimentaires) ainsi que sur les thérapies reposant sur des théories (comme l’acupuncture et l’homéopathie). L’autre consiste en ce que l’on appelle les Mind-Body Therapies ou “pratiques psychocorporelles”. Elles reposent sur la notion de lien entre le corps et l’esprit, et regroupent des approches comme l’hypnose, la sophrologie, la méditation pleine présence, certaines formes de yoga, le Qi Gong, le Tai Chi, le biofeedback, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et la musicothérapie.
Ce sont ces dernières que nous allons nous attacher à définir et dont nous verrons les possibilités d’utilisation dans les pathologies neurologiques.

Quelles sont ces pratiques psychocorporelles ?

L’hypnose

L’hypnose peut être définie comme un état d’attention focalisée permettant une prise de distance avec l’environnement extérieur. Cet état, très naturel et que nous connaissons tous pour l’expérimenter plusieurs fois par jour, permet un contrôle somatique et émotionnel accru. Cela est assez comparable à l’absorption dans certaines pensées que nous vivons lors d’actions de type automatiques ou agréables (quand nous écoutons de la musique, quand nous conduisons sur un trajet bien connu, quand les adolescents jouent à un jeu vidéo…).
Il s’agit d’un processus actif : on ne dort pas pendant l’hypnose ! C’est, au contraire, un état de veille intense, que l’on appelle “conscience modifiée”, pendant lequel on est conscient de tout ce qui se dit et se passe. En état d’hypnose, il est noté une activation du cortex préfrontal et du cortex cingulaire antérieur, laissant ainsi penser que l’attention du sujet est préservée. La désactivation du précunéus et du cortex cingulaire postérieur suggère que le sujet est dans un état de conscience modifiée [1]. C’est également une hypersensorialité : tous nos sens sont focalisés sur le but que nous cherchons à atteindre et que l’on se fixe. Classiquement, une séance d’hypnose thérapeutique comporte une phase d’induction de l’état hypnotique, puis de suggestions thérapeutiques.

La sophrologie/la relaxation

La sophrologie est une pratique qui a pour but la sérénité de l’esprit, grâce à un travail sur la sensorialité, la relaxation dynamique (musculaire et mentale) et sur la respiration. Cette technique agit sur le conscient et sur la conscience, sans suggestions thérapeutiques. À notre connaissance, aucune étude n’a été publiée sur son utilisation dans les pathologies neurologiques, au contraire de la relaxation, qui est une part essentielle de la sophrologie.

La méditation

Il existe différents types de méditation, mais on peut les définir comme un ensemble de techniques développant la régulation des émotions et le contrôle de l’attention. Cette auto-observation est un entraînement à l’attention focalisé, sans inclure de suggestions thérapeutiques comme dans la pratique de l’hypnose. Lors de la méditation pleine présence, le but est d’acquérir un contrôle attentionnel en se concentrant sur les sensations du corps, la respiration, les pensées, les émotions, le moment présent, et cela, sans jugement.

Le yoga

Le yoga allie méditation pleine présence, respiration et postures corporelles. Il existe différents types de yoga, dont certains sont déconseillés dans les pathologies neurologiques : le yoga Bikram, pratiqué à des températures très élevées, est risqué pour des patients atteints de sclérose en plaques. La pratique du yoga apporte des modifications du rythme cardiaque, de la pression sanguine, du rythme respiratoire et du taux de glucose dans le sang.

Le Qi Gong

Le Qi Gong consiste en différents exercices respiratoires, ainsi qu’en étirements musculaires et tendineux. Les mouvements des bras sont accompagnés de postures debout ou assis, en immobilité prolongée. La pratique du Qi Gong s’accompagne de méditation.

Le Tai Chi

Le Tai Chi est un art martial chinois, proposant des exercices physiques complexes couplés à des éléments de contrôle psychique, émotionnel et spirituel. Ces exercices font appel à la relaxation, la respiration maîtrisée et profonde, ainsi qu’à des postures définies (entre 24 et 108). Il s’agit de positions lentes du corps qui circulent de l’une à l’autre continuellement et qui favorisent une meilleure posture, la flexibilité, la relaxation, le bien-être et la concentration.

Le biofeedback

Le principe du biofeedback est de faciliter les connexions entre les neurones. Le biofeedback utilise la relation entre les états mentaux et les fréquences des ondes cérébrales. Il s’agit d’une procédure de neurorégulation bioélectrique qui encourage le patient à exercer un certain contrôle de ses ondes cérébrales enregistrées par EEG, grâce à un signal visuel ou auditif. En utilisant ces indications, l’utilisateur peut adapter consciemment l’activité des ondes cérébrales.

La lecture de ce dossier est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez ce dossier

Ajoutez ce dossier à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles