La prise en charge des dyskinésies dans la maladie de Parkinson  : du simple au moins simple

Résumé
Les dyskinésies sont fréquentes dans la maladie de Parkinson. Il existe trois grands groupes de dyskinésies : les dyskinésies de milieu (ou de pic) de dose qui sont les plus communes, les dyskinésies diphasiques et les dystonies du Off. Elles diffèrent par leurs circonstances de survenue, leur sémiologie et leur prise en charge. Le traitement des dyskinésies provoquées par la lévodopa repose actuellement sur deux approches. L’une «  symptomatique  », vise à traiter les dyskinésies déjà présentes. Elle est basée principalement sur l’usage de l’amantadine et les traitements de seconde ligne (stimulation cérébrale profonde, perfusion continue sous-cutanée d’apomorphine, perfusion intra-duodénale de lévodopa). L’autre «  préventive  », est basée sur l’usage précoce des agonistes dopaminergiques pour retarder l’introduction de lévodopa et limiter sa dose chez les patients ne présentant pas encore de dyskinésies induites par la lévodopa. Ces stratégies préventives sont un peu décevantes, car une fois la lévodopa débutée, il n’existe pas à l’heure actuelle, de traitement permettant de retarder l’aggravation des dyskinésies.
Les dyskinésies constituent une réelle difficulté dans la prise en charge des patients parkinsoniens et l’amélioration de leur prise en charge constitue une priorité. De nouvelles stratégies préventives et de nouveaux traitements symptomatiques sont en cours de développement.

Abstract
Strategies to treat dyskinesia in Parkinson’s disease
Dyskinesias are a common symptom in Parkinson’s disease. There are three different kind of dyskinesia: middle (or peak) dose dyskinesia which are the most common, biphasic dyskinesia and Off dystonia. They differ according their time of occurrence, semiology and management. The treatment of dyskinesias induced by L-Dopa is currently based on two approaches. The first one is symptomatic and aims to treat dyskinesias already present. It is based mainly on the use of amantadine and on the second-line treatments (deep brain stimulation, subcutaneous continuous subcutaneous infusion of apomorphine, intra duodenal levodopa infusion). The other one is «preventive» and is based on the early use of dopaminergic agonists to delay the introduction of L-DOPA and its dose in patients not yet showing L-DOPA-induced dyskinesias. These preventive strategies are a bit disappointing because once L-DOPA is started; there is currently no treatment that can delay the worsening of dyskinesias. Dyskinesias are a real problem in the management of Parkinson’s patients and improving their management is a priority. New preventive strategies and new symptomatic treatments are being developed.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de Neurologies et NeuroTV en illimité
  • Les 10 numéros papier
  • L'inscription gratuite aux Rencontres de Neurologies
  • Les newsletters mensuelles
  • 80 numéros d'archives numériques

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Neurologies.fr et bénéficiez de l'accès à une sélection d'articles !

  • Les actualités de Neurologies et NeuroTV, dédiées aux professionnels de santé
  • Les newsletters mensuelles